Perfect Welding Blog
Welding Academy

Mais que fait au juste… un développeur d’applications de soudage ?

App-Entwickler

Les premières étapes sont souvent les plus difficiles : concentrée, Theresa déplace la torche de soudage qui produit un arc électrique incandescent. Une légère fumée et des projections s’échappent pendant que Theresa réalise une soudure d’angle dans un morceau de tôle d’acier rectangulaire, non pas dans un atelier, mais chez elle, sur sa tablette. Les applications de soudage ont depuis longtemps une place de choix, aussi bien pour commander une installation de soudage facilement que pour apprendre le métier de soudeur. Mais quoi, ou plutôt qui, se cache réellement derrière le développement des applications de soudage ?

Codage pour les applications de soudage

Pour résumer, les développeurs d’applications s’occupent de coder l’application, et améliorent ou complètent les applications déjà existantes. Ils sont également impliqués dès le départ dans le processus de développement de nouvelles applications. Ils déterminent ce qui est techniquement possible, et ce qui ne l’est pas.

Connaissances techniques indispensables

Outre des connaissances en programmation solides et la maîtrise des langages de programmation, des connaissances de base des procédés de soudage sont essentielles pour développer des applications de soudage. Notre principale responsabilité consiste à intégrer une série de variables de soudage et de facteurs dans une application conviviale et qui va considérablement faciliter le quotidien des soudeurs », explique Michael Weingartner, développeur de l’application Fronius WeldConnect.

Michael Weingartner, développeur de l’application Fronius WeldConnect

L’avantage principal de cette application : l’interaction sans fil avec l’installation de soudage. En effet, il est possible de transférer les paramètres de jobs de soudage définis à d’autres installations de soudage via un smartphone ou une tablette. Ainsi, lorsqu’il change d’installation de soudage, le soudeur n’a pas besoin de tout paramétrer une nouvelle fois. Il transfère facilement ses paramètres habituels, qu’il a au préalable enregistrés sur son téléphone, à la nouvelle installation de soudage via Bluetooth ou WLAN, et peut immédiatement commencer à travailler. Les processus opérationnels sont ainsi nettement simplifiés.

Travail d’équipe fructueux

Même si les développeurs d’application passent une grande partie de leur temps devant leur écran, le cliché du programmateur « geek » et solitaire ne reflète pas vraiment la réalité. En règle générale, des équipes de projet, composées de développeurs d’applications, de soudeurs, de collaborateurs issus des départements de la recherche et du développement, ainsi que de designers, sont impliqués dans la conception d’applications de soudage. La responsabilité technique du projet est d’ailleurs généralement assurée par les développeurs d’applications.

« Il peut parfois être très difficile de se mettre à la place des soudeurs qualifiés et de comprendre leurs besoins spécifiques, car ils font largement appel à leur intuition et à leur expérience personnelle, de plus ils n’ont quasiment aucune note. Personnellement, j’apprécie nos discussions, et donc plus largement l’aspect relationnel de mon travail. » ajoute le technicien d’applications Michael Weingartner.

Nouvelles voies : « gamification » et réalité virtuelle

Dans leur métier, les développeurs d’applications sont constamment confrontés à des changements et des innovations techniques. Le secteur de la réalité virtuelle, en particulier, se développe rapidement et prend une place de plus en plus importante dans l’industrie du soudage, notamment lorsqu’il est question d’applications pour apprendre à souder. L’offre comprend aujourd’hui des applications ludiques pour débutants tout comme des simulateurs de soudage avancés, qui permettent de s’entraîner à certains types de soudage en dehors de l’atelier.

« J’ai d’abord travaillé dans le développement de jeux vidéo, puis plusieurs années dans un centre de recherche universitaire » explique Ajun Simorg Jöller, architecte logiciel et responsable technique de l’équipe « New Visual Technology » chez Fronius. Il est passionné par les interfaces, les connexions entre les logiciels et les matériaux de soudage mais aussi par sa tâche qui consiste à faire apparaître, de la manière la plus réaliste possible, des process de soudage complexes dans un environnement virtuel.

Simorg Jöller, architecte logiciel et responsable technique de l’équipe « New Visual Technology » chez Fronius

« L’évolution dans ce domaine est particulièrement passionnante, notamment en ce qui concerne les nouvelles possibilités dans le domaine du matériel. Nous testons en permanence de nouveaux outils, tels qu’une nouvelle paire de lunettes intelligentes ou des possibilités de communication homme-machine » ajoute Simorg Jöller. Dans son métier, il est extrêmement important de rester à l’affût des innovations en termes de développement technique.

Formation approfondie primordiale

Pour conclure, il reste à savoir quelle formation est nécessaire pour développer des applications pour les entreprises de soudage, et quelles compétences il faut avoir. En principe, il est possible d’apprendre à programmer en toute autonomie. Mais en règle générale, les développeurs d’applications de ce secteur ont suivi des études d’informatique. Outre la maîtrise des langages de programmation, il faut avoir des connaissances de base dans les domaines de la technique et de la physique et, dans tous les cas, s’intéresser au soudage.

Pour en découvrir davantage à propos des applications de soudage Fronius ou des formations de soudage virtuelles, rendez-vous sur notre site Web : que ce soit avec l’application Welducation Basic, l’application WeldConnect ou les simulateurs de soudage, plongez dans le monde virtuel du soudage !

Apprendre le soudage de manière virtuelle avec les applications de soudage Fronius

Et restez connecté : vous découvrirez bientôt un nouveau métier passionnant de l’industrie de soudage dans notre série d’articles de blog « Mais que fait au juste… ? » !

Vous aimerez peut-être aussi

Aucun commentaire

    Écrire un commentaire